Scribeuse
Quand la candeur de l’enfance s’emmêlait encore au creux des racines de mes cheveux rêches et frisés, et surtout, bien peu ordonnés, j’étais convaincue de deux choses quant à mon avenir professionnel. D’une, je ne porterai pas de jupe ni de tailleur. De deux, je serai journaliste. Pour continuer à noircir les carnets que je collectionnais déjà. Voyager. Assouvir ma curiosité. Et me pointer en jean. Il y aurait donc ce je ne sais quoi de positif à être têtue. Car c’est bien en tant que journaliste que j’ai entamé mon aventure littéraire. À Paris, puis en Bourgogne. Un rêve balayé par l’immédiateté de l’information qui ne sied guère à ma plume et à ma vision du métier. Journaliste voyageuse, en voilà un remède actif. Quinze mois durant je m’en vais virevolter avec mon acolyte en Amérique du Sud. Huit pays au rythme de la vadrouille-débrouille. Bercée par l’écriture quotidienne d’un blog aux allures de carnet de voyage et d’articles parus dans la presse nationale française.
De retour en France, une nouvelle conviction me hante. Mon quotidien professionnel ne dérogera plus à ces valeurs non-négociables qui me forgent : agir avec sens, entretenir ma créativité et exercer ma passion. S’ensuivent questionnement tortueux et quête d’innovation. Jusqu’à creuser l’idée de prêter ma plume aux entreprises et particuliers. Afin de créer le livre souvenir de leurs événements festifs et moments précieux. Un récit où j’userai de mon écriture journalistique et de mon observation discrète. Un métier connexe et complémentaire à celui de biographe, que j’expérimente également, pour relater vos vies, l’histoire de vos entreprises.

4 mai 2017

Me voilà donc entrepreneure. Une découverte inattendue qui parfume désormais ma vie. J’aime la douceur de nos rencontres. Le piquant de la remise en question quotidienne. La fraîcheur de l’indépendance. L’amertume des échecs convertis en rebonds, puis apprentissages. La richesse de mes journées passées à « scriber ». J’aime ce sentiment puissant et indescriptible d’être à ma juste place.

Si vous me le permettez,

je glisse ici quelques pensées plus personnelles mais révélatrices de la rédactrice de contes de faits que je suis. Adoratrice du futur et de ses projets innovants et enivrants, je suis aussi une nostalgique du temps qui file. Et défile. Un paradoxe ? Non. Profondément ancrée à mes racines, je ne me suis jamais empêchée de voguer à contre-courant et de cultiver mon indépendance. Pour autant, je suis convaincue que ma famille est mon moteur quotidien. Parfois, je regrette de ne pas avoir suffisamment questionné mes arrière-grands-mères avant qu’elles ne nous quittent. Trop jeune à l’époque, j’aime me rappeler mes souvenirs préférés à leurs côtés pour ne jamais les oublier. Alors, la volonté d’écrire l’histoire des vôtres et de narrer le fil de votre entreprise me semble évidente. Et utile. Car si ces vies m’avaient été contées, si ces événements avaient été rédigés, leurs souvenirs n’en seraient que plus vifs.

Nos patrimoines familiaux et professionnels sont précieux

Les écrire est une manière de les polir